Assemblée Celtique

Portail du Monde Celte / Celtic World Portal
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'Ankou

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Danièle

avatar

Nombre de messages : 3715
Age : 71
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 02/10/2008

MessageSujet: Re: L'Ankou   Mar 11 Jan - 1:17

Alors, pas moyen de mourir tranquillement dans son lit!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://surlesentierdesfees.over-blog.com/
Budoc
Site admin
avatar

Nombre de messages : 4016
Age : 63
Localisation : Penmarc'h / Bruxelles
Date d'inscription : 29/09/2008

MessageSujet: Re: L'Ankou   Mar 11 Jan - 18:34

"Dans le pays de Gourin, on va pour les moribonds à la chapelle Saint Min, qui fait partie de la Trève du Saint, sur la route de Roudouallec. Il y a dans cette chapelle une statue de Saint Diboan dont le nom signifie " qui guérit de toute peine" On commence par faire visite à cette statue et de lui exposer le cas. Puis on se rend à la fontaine du Saint, qui coule au fond du vallon. C'est elle qui transmet l'oracle. Mais pour cela, il faut d'abord la vider complétement avec une écuelle. Cette opération accomplie, on se penche sur le trou par lequel l'eau vive sourd de terre. Si elle fait du bruit, en sourdant, c'est que le moribond est sur le point de trépasser ; si, au contraire, elle s'épanche sans bruit, toutes les chances sont pour qu'il revienne à la vie."

_________________
Qui oublie ses racines, perd une part de son âme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://assemblee-celtique.forumactif.org/forum.htm
Goulven.

avatar

Nombre de messages : 559
Age : 52
Localisation : An Douar
Date d'inscription : 29/10/2010

MessageSujet: Re: L'Ankou   Mar 11 Jan - 20:08

L'histoire qui m'a marqué le plus dans "les légendes de la mort"est celle du Maréchal-ferrant(chapitre V).Je l'ai d'ailleurs lu plusieurs fois et elle me fait toujours le même effet...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://celtiquattitude.forumsactifs.com/
Budoc
Site admin
avatar

Nombre de messages : 4016
Age : 63
Localisation : Penmarc'h / Bruxelles
Date d'inscription : 29/09/2008

MessageSujet: Re: L'Ankou   Mar 11 Jan - 21:04

Il était une fois, un maréchal-ferrant qui s'appelait Fanchi, et qui avait sa forge au bourg de Caouennek. Il cultivait de plus quelques arpents de terre, attenant à la forge et il trouvait moyen de nourrir deux ou trois vaches. Il aurait du être à l'aise dans ses affaires, car il travaillait avec courage. Malheureusement, sa femme était un puits de dépenses. L'argent que Fanchi lui remettait, il ne le revoyait plus sans qu'il pût savoir à quoi il avait été employé, il ne se doutait pas, l'excellent homme, que Marie Bénec'h, sa triste moitié, tandis qu'il peinait à l'enclume, passait son temps à commérer d'auberge en auberge et à payer du micamo c'est à dire du café salé avec de l'eau de vie à toutes les jeannettes du voisinage.

Fanchi avait un apprenti, nommé Louiz, qui était dans sa maison depuis nombres années et en qui il avait grande confiance.

Un soir, il dit à l'apprenti:" Sois de bonne heure sur pieds demain matin. Marie Bénec'h prétend que sa bourse est vide. Nous irons à la Roche-Derrien vendre la vache rousse. C'est la foire du "chaume" (foar-ar-zoul) nous en trouverons peut-être un bon prix.

La vache rousse fut en effet bien vendue. Trois cent écus sonnants, sans compter les arrhes.

Comme Louiz et Fanchi s'en revenaient vers Caouennek, l'apprenti dit au maître: " A votre place, je ne donnerais pas cet argent à Marie Bénec'h en une seule fois. Je le ramasserais dans un tiroir et je ne m'en séparerais qu'au fur et à mesure des besoins du ménage."

"C'est une heureuse idée répondit Fanchi qui n'avait jamais pensé à cela."

Rentré chez lui, il mit les trois cents écus, rangés en plusieurs piles, dans une grosse armoire de chène dont il fourra la clef sous son traversin.

Mais son manège n'avait pas échappé à l'oiel de Marie Bénec'h. Dès qu'elle entendit ronfler son mari, que cette journée de foire avait harassé, elle se leva discrètement, déroba la clef, courrut à l'armoire et fit rafle de l'argent.

Qui fut bien attrapé le lendemain ? Ce fut Fanchi le forgeron.

Ses soupçons se portèrent aveuglément sur son apprenti.
"Louiz, s'écria-t-il, pâle de colère, j'ai suivi ton conseil. Voilà ce qui me revient. Rends moi mes trois cents écus !
- Je ne les ai pas pris.
- Tu nies ? Soit. Tu vas de ca pas m'accompagner à Saint Yves-de-la-vérité !
- Je suis prêt à vous accompagner partout où il vous plaira.
Ils se mirent en route.

Quand ils furent arrivés à la porte de l'oratoire, le maréchal prononça les paroles consacrées. Le Saint inclina la tête par trois fois pour montrer qu'il avait compris et aussi pour déclarer qu'il allait faire justice.

Fanchi regagna Caouennek, soulagé. Quant à Louiz qui avait été allègre au départ, il ne le fut pas moins au retour.

A l'entrée du bourg, Fanchi lui dit ; " Tu penses bien que d'ici longtemps nous ne travaillerons plus ensemble.

A votre gré, Maître, répondit Louiz. J'estime cependant que vous aurez reconnu que ce n'est pas moi le coupable.

Ils se séparèrent.

Marie Bénec'h guettait son mari du seuil de la forge.
Où as tu été ? Demanda-t-elle.
A Saint Yves -de-la-vérité.
Que faire ?
Vouer à la mort dans un délai de douze mois, la personne qui m'a volé mes trois cents écus.
Ah! Malheureux! s'écria Marie Bénec'h qui avait déjà au cou la couleur de la mort, si du moins tu m'avais prévenue ! Tes trois cents écus n'ont pas été volés. C'est moi qui les ai pris cette nuit, pendant que tu dormais. Retournons vite défaire ce que tu as fait.

Il est trop tard, femme ! Par trois fois le Saint a incliné la tête.

A partir de ce jour, Marie Bénec'h ne fit en effet que languir et les douze mois écoulés, elle mourut.

Wink


_________________
Qui oublie ses racines, perd une part de son âme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://assemblee-celtique.forumactif.org/forum.htm
Goulven.

avatar

Nombre de messages : 559
Age : 52
Localisation : An Douar
Date d'inscription : 29/10/2010

MessageSujet: Re: L'Ankou   Mar 11 Jan - 21:42

Désolé Messire Budoc,j'ai fait une confusion Embarassed ce n'est pas l'histoire du Maréchal-ferrant,mais celle du Forgeron chapitre III...Fañch ar Floc'h de Ploumilliau.
Pour me faire pardonner voici "le paradis"(chapitre XXII).

-"Il y a quatre-vingt-dix-neuf auberges,de la terre au paradis.Il faut faire une station dans chacune.Quand on a pas d'argent pour payer,on rebrousse chemin vers l'enfer.
L'auberge de mi-route s'appelle Bitéklé.
Le bon dieu y vient faire sa tournée une fois par semaine,le samedi soir.
Il emmène avec lui en paradis les clients qui ne sont pas trop soûls."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://celtiquattitude.forumsactifs.com/
Budoc
Site admin
avatar

Nombre de messages : 4016
Age : 63
Localisation : Penmarc'h / Bruxelles
Date d'inscription : 29/09/2008

MessageSujet: Re: L'Ankou   Sam 15 Jan - 19:14

Fanch ar Floc'h était forgeron a Ploumillau. Comme c'était un artisan modèle, il avait toujours plus de travail qu'il ne pouvait en exécuter. C'est ainsi qu'une certaine veille de Noël, il dit à sa femme après le souper:
" Il faudra que tu ailles seule à la messe de minuit avec les enfants, moi je ne serai jamais prêt à t'accompagner, j'ai encore une paire de roues à ferrer que j'ai promis de livrer demain matin, sans faute et lorsque j'aurai fini, c'est, ma foi, de mon lit dont j'aurai besoin."

A quoi la femme répondit:
"Tâche au moins que la cloche de l'élévation ne te trouve pas encore travaillant."

Oh dit-il, à ce moment là, j'aurai déja la tête sur l'oreiller.

Et sur ce, il retourna à son enclume, tandis que sa femme apprétait les enfants et s'apprétait elle même pour se rendre au bourg, éloigné de près d'une lieue, afin d'y entendre la messe. Le temps était clair et piquant avec un peu de givre. Quand la troupe s'ébranla, Fanch lui souhaita bien du plaisir.

Nous prierons pour toi, dit la femme, mais souviens toi de ton côté, de ne pas dépasser l'heure sainte.

Non, non, tu peux être tranquille.

Il se mit à battre le fer avec ardeur, tout en sifflotant une chanson, comme c'était son habitude quand il voulait se donner du coeur à l'ouvrage. Le temps s'use vite lorsque l'on besogne ferme. Fanch ar floc'h ne le sentit pas s'écouler. Puis, il faut croire que le bruit de son marteau sur l'enclume l'empêcha d'entendre la sonnerie lointaine des carillons de Noël, quoiqu'il eut ouvert exprès une des lucarnes de la forge. En tout cas, l'heure de l'Elévation était passée qu'il travaillait encore. Tout à coup, la porte grinça sur ses gonds !

Etonné Fanch er Floc'h demeura le marteau suspendu et regarda qui entrait.

Salut dit une voix stridente.
Salut répondit fanch.

Et il dévisagea le visiteur mais san réussir à distinguer ses traits que les larges bords rabattus d'un chapeau de feutre rejetait dans l'ombre.

C'était un homme de haute taille, le dos un peu voûté, habillé à la mode ancienne, avec une veste à larges braies nouées au dessus du genou. Il reprit, après un court silence :
" J'ai vu de la lumière chez vous et je suis rentré car j'ai le plus pressant besoin de vos services."

Sapristi ! Dit Fanch, vous tombez mal car j'ai encore à finir de ferrer cette roue et je ne veux pas, en bon chrétien que la cloche de l'Elévation me surprenne au travail.

OH ! Dit l'homme avec un ricannement étrange, il y a plus d'un quart d'heure que la cloche de l'Elévation à tinté.

Ce n'est pas Dieu possible s'écria le forgeron en laissant tomber son marteau.

(à suivre!) Very Happy

_________________
Qui oublie ses racines, perd une part de son âme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://assemblee-celtique.forumactif.org/forum.htm
Budoc
Site admin
avatar

Nombre de messages : 4016
Age : 63
Localisation : Penmarc'h / Bruxelles
Date d'inscription : 29/09/2008

MessageSujet: Re: L'Ankou   Mar 18 Jan - 19:08

Suite :

"Si fait ! Reparti l'inconnu. Ainsi, que vous travailliez un peu plus ou un peu moins ! ... D'autant que ce n'est pas ça que j'ai à vous demandé qui vous retardera beaucoup ; Il ne s'agit que d'un clou à river.

En parlant de la sorte, il exhiba une large faux dont il avait jusqu'alors caché le fer derrière ses épaules, ne laissant apercevoir que le manche, que Fanch ar Floc'h avait au premier aspect pris pour un bâton.

Voyez, continua-t-il, elle branle un peu; vous aurez vite fait de la consolider.

Mon Dieu oui ! Si ce n'est que cela, répondit Fanch, je veux bien.

L'homme s'exprimait, d'ailleurs d'une voix impérieuse qui ne souffrait point de refus. Il posa lui-même la faux sur l'enclume.

Eh ! Mais il est emmanché à rebours votre outil ! Observa le forgeron. Le tranchant est en dehors ! Quel est le maladroit qui a fait ce bel ouvrage .

Ne vous inquiétez pas de cela, dit sévèrement l'homme. Il y a faux et faux. Laissez celle-ci comme elle est et contentez vous de bien la fixer.

A votre gré, marmona Fanch ar floc'h à qui le ton du personnage ne plaisait qu'à demi.

En un tour de main il eut rivé un autre clou à la place de celui qui manquait.

Maintenant, je vais vous payer dit l'homme.

Oh ! ça ne vaut pas qu'on en parle.

Si ! tout travail mérite salaire. Je ne vous donnerai pas d'argent, Fanch ar floc'h mais ce qui a plus de prix que l'argent et que l'or: un bon avertissement. Allez vous coucher, pensez à votre fin et quand votre femme rentrera, commandez lui de retourner au bourg vous chercher un prêtre. Le travail que vous venez de faire pour moi est le dernier que vous ferez de votre vie. Kénavo !

L'homme à la faux disparu. Déja Fanch ar Floc'h sentait ses jambes se dérober sous lui: il n'eut que la force de gagner son lit où sa femme le trouva suant les angoisses de la mort.

Retourne lui dit-il me chercher un prêtre.

Au chant du coq, il rendit l'âme, pour avoir forgé la faux de l'Ankou."

Wink

_________________
Qui oublie ses racines, perd une part de son âme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://assemblee-celtique.forumactif.org/forum.htm
Danièle

avatar

Nombre de messages : 3715
Age : 71
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 02/10/2008

MessageSujet: Re: L'Ankou   Mar 18 Jan - 20:30

Voilà ce qui arrive quand on ne va pas à la messe de Noël!
Est-ce là la morale de l'histoire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://surlesentierdesfees.over-blog.com/
Budoc
Site admin
avatar

Nombre de messages : 4016
Age : 63
Localisation : Penmarc'h / Bruxelles
Date d'inscription : 29/09/2008

MessageSujet: Re: L'Ankou   Mar 18 Jan - 20:42

Je crois qu'elle est très dure la morale !!! Allez aider l'Ankou à réparer sa faux et voilà ce qui arrive !!! Tout ça pour pas un sous ! Evil or Very Mad

Franchement dur à accepter ! affraid

Quand à la messe de Noël, j'en ai loupé quelques unes, jusqu'ici ça va !!! Basketball

_________________
Qui oublie ses racines, perd une part de son âme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://assemblee-celtique.forumactif.org/forum.htm
JORDI

avatar

Nombre de messages : 246
Age : 64
Localisation : NANTES (BRETAGNE / FRANCE)
Date d'inscription : 30/09/2008

MessageSujet: Re: L'Ankou   Dim 23 Jan - 14:52

Je ne suis pas d'accord.

C'est comme dans l'histoire du gars qui avait invité tous les villages de la région à une noce... Y compris (l'imprudent!), un pauvre mec au visage dissimulé par un grand chapeau informe..

Et vers la fin du repas (imaginez tout le monde plein de viande et de vin...), le malheureux n'avait pas touché à son assiette...

Alors le maître de la noce lui a dit de prendre son temps, qu'il était un invité comme les autres, bref, la vraie hospitalité bretonne...

L'autre a relevé la tête et alors tout le monde a reconnu l'Ankou qui avait été invité à la noce...

En remerciement de l'invitation au mariage, l'Ankou a prévenu le maître que son heure était venue et qu'il reviendrait le chercher la semaine suivante.

Les non - Bretons (et parfois les Bretons eux - mêmes, malheureusement...) ont beaucoup de mal à comprendre que l'Ankou étant le dernier mort de l'année, c'est nécessairement un copain,donc quelqu'un qu'on a bien connu, avec qui on a joué à la galoche chaque dimanche après - midi, un type qu'on a bien connu et à qui on fait confiance...

Je vous assure que je ne plaisante pas sur ce point. Et je ne pense pas être le seul dans le Pays Bigouden...

Mais nous avons encore de quoi discuter autour de la cheminée, me semble - t - il...

_________________
"Je suis un homme libre et tu n'y peux rien!"

JORDI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Ankou   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Ankou
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Assemblée Celtique :: Mythes & Légendes :: Contes & Cycles Celtiques-
Sauter vers: